« François Fillon est notre candidat et je le soutiens, comme je m’y suis engagé »
« Je refuse la prime à la déloyauté accordée à l’UDI dans le cadre des investitures aux législatives. »

Retrouvez mes interventions de la première partie du journal de TV Libertés de ce jeudi 16 février, « Cap sur l’Elysée », en cliquant sur l’image ci-dessous :

Le projet de François Fillon est aujourd’hui le seul apte à réformer la France tout en maintenant une certaine paix dans le corps social.

Son projet défend un retour aux racines culturelles françaises, une réforme profonde de l’éducation, un réel soutien à la famille, une attention soutenue aux Chrétiens d’orient, une volonté affichée de lutter contre l’islam radical, une nouvelle manière de se positionner face aux États Unis et à la Russie…

Ce projet doit impérativement être défendu dans le cadre de la présidentielle.

Aujourd’hui, notre candidat est François Fillon et je le soutiens, comme je m’y suis engagé.

Investitures pour les législatives : je refuse la
prime à la déloyauté accordée à l’UDI !

Les élections législatives approchent, et l’UDI a décidé qu’un certain nombre de circonscriptions devaient lui être attribuées : je rappelle que cela n’est prévu dans aucun texte.
Aujourd’hui, notre vice-président Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, est directement visé par cette stratégie. Elu local droit et dévoué, investi officiellement par les Républicains avec le soutien de la fédération LR de Seine-saint-Denis, il voit son investiture remise en cause au nom d’accords qu’il faudrait passer avec l’UDI. Jean-Christophe Lagarde, Président de l’UDI et élu de Seine-Saint-Denis, veut tout simplement sa tête.

Avec l’éventualité de ce retrait de l’investiture à Xavier Lemoine au profit de l’UDI, c’est un signal très négatif qui est envoyé à l’électorat de droite.

De plus, on traite plus favorablement ceux qui sont au mieux des alliés de circonstance et au pire de faux ennemis que le PCD qui a joué la règle de la primaire. On préfère soutenir des candidats qui, dès que le vent aura un peu tourné, partiront par wagons entiers chez Emmanuel Macron ! C’est une manière d’envisager les alliances politiques que je ne peux pas comprendre.

Nous n’accepterons pas d’être traités de cette manière. Cela aura des conséquences sur notre façon d’appréhender les législatives et sur la manière dont nous ferons comprendre à certains candidats UDI qu’ils ne peuvent pas être les bienvenus à l’Assemblée nationale.
Je ne laisserai pas faire ce que je considère comme une forme d’agression contre le PCD et maltraiter Xavier Lemoine, homme droit et élu de qualité.

Le PCD prendra toute sa place dans les législatives avec ou sans investiture. C’est un parti politique qui défend un projet politique : j’y suis déterminé, nous le ferons. Nous comptons une centaine de candidats à ce jour.

 

 

Articles recommandés