Qui est Jean-Frédéric Poisson ?

Né le 22 janvier 1963 à Belfort (90), Jean-Frédéric Poisson est un homme politique qui s’est forgé des convictions au contact des réalités de terrain, hors de tout sérail. Il grandit en province puis dans un quartier sensible de la banlieue parisienne. Il dirige à 19 ans une Maison de la Jeunesse et de la Culture dans le Nord des Hauts-de-Seine. Il y côtoie une jeunesse en déshérence et s’occupe de personnes en situation de détresse. C’est là que prend racine ce qui est devenu depuis son combat de tous les instants pour la dignité humaine.

Il se tourne ensuite vers des études supérieures de philosophie conclues par l’obtention d’un doctorat sur la question de la bioéthique.

Egalement titulaire d’un master en droit social, il devient DRH dans la métallurgie, puis dirige une entreprise de conseil. Il est l’un des très rares députés français à connaître le monde de l’entreprenariat de l‘intérieur et à avoir été chef d’entreprise.

Parallèlement, il s’engage comme élu local en 1995 dans le Sud-Yvelines et devient maire de Rambouillet de 2004 à 2007. Il a été président de la communauté d’agglomération de Rambouillet territoires de 2009 à 2016.

Il est président du Parti Chrétien-Démocrate (PCD)depuis le 16 novembre 2013, après en avoir été le vice-président.

Il est auditeur de la session nationale 2007-2008  de l’Institut Nationale des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).

Député de 2007 à 2010 puis de 2012 à 2017, il est élu par ses pairs Vice-Président de la commission des lois de l’Assemblée nationale en 2013.

Il s’empare des sujets régaliens : justice, sécurité, prisons. Il est notamment chargé du contrôle parlementaire de l’application de l’état d’urgence.

Très actif sur les questions de société, il est le fer de lance de l’opposition parlementaire sur la loi Taubira dite du mariage pour tous, dont il demande l’abrogation sans co,ndition ni aménagement.

Auteur du livre « Personne ne doit mourir seul» paru en mars 2015 (Editions universitaires), il est opposé à toute forme d’euthanasie et milite pour le développement des soins palliatifs.

Dénonçant le laïcisme militant qui confond neutralité religieuse de l’Etat et neutralité de la société, le PCD qu’il préside alors, lance en novembre 2015 une pétition pour le maintien des crèches de Noël dans l’espace public, qui recueille près de 150 000 signatures.

Fort de son expérience concrète et active dans le monde du travail et de l’entreprise, il deviendra un parlementaire reconnu comme l’un des plus en pointe sur les questions économiques, de droit social et du droit du travail. Ce qui lui vaudra, entre autres, d’être désigné par le groupe UMP comme « orateur principal », porteur des positions de ses pairs pour l’ensemble des discussions lors des débats à l’Assemblée Nationale sur les textes de ce qui deviendra la Loi Macron. C’est alors l’occasion pour lui d’avoir une vraie tribune pour expliquer son rejet de toute vision « marchandisée » de la société.

Opposé au futur traité de libre-échange transatlantique (TAFTA), soucieux de la souveraineté de la France et de la préservation de ses filières d’excellence, il crée un groupe de travail parlementaire sur le sujet et rencontre les principaux négociateurs du traité. Il demande à ce que les Parlements nationaux soient associés à la négociation.

Opposé à une Europe supranationale et sans âme, il réclame la primauté du droit national sur le droit européen.

Inquiet du sort réservé aux chrétiens d’Orient et convaincu, dès 2012, de l’urgence de répondre aux crises qui ébranlent le Moyen Orient, aux conséquences directes pour la France et pour l’Europe, il entame une série de déplacements : Syrie, Liban, Irak, Egypte, Libye, Maroc. A chaque déplacement, sa démarche est simple : rencontrer les personnes sur place plutôt que de commenter le bruit médiatique, afin de coopérer sur les questions essentielles – contrôle des flux migratoires, renseignement, formation des imams. Il est le premier à dénoncer les errements de la politique française en Syrie et ses conséquences désastreuses pour la paix du monde, sujet qu’il a développé dans son livre sorti en juin 2016, « Notre sang vaut moins cher que leur pétrole – La France à l’épreuve du Proche-Orient » (Editions du Rocher).

Bien avant les attentats, il dénonce les dégâts du multiculturalisme pour la France et l’Europe. Il affirme que la question de l’islam ne sera pas résolue dans une société fondée uniquement sur les droits individuels illimités mais au contraire par la réappropriation de notre référence chrétienne. Dans cette logique, il publie en 2018 un livre-choc, «  L’islam à la conquête de l’Occident – La stratégie dévoilée » (Editions du Rocher).

En tant que président du PCD, il se présente à la primaire de la droite en 2016. A l’issue de cette élection, prenant acte du fait que les thèmes qu’il a portés pendant cette campagne ont été en partie repris par le vainqueur (famille, respect de la souveraineté, référence chrétienne, politique étrangère rééquilibrée), il le sollicite pour qu’il s’engage plus précisément sur certains points de son projet. La réponse de François Fillon constituant une base permettant de travailler conjointement et en complémentarité, il choisit de le soutenir en vue de la présidentielle 2017 et il rejoint son comité politique.

Il aura été un des rares responsables politiques de droite à ne pas appeler à voter Emmanuel Macron au second tour de la Présidentielle de 2017, ce dont il dit « se réjouir matin, midi et soir quand on voit l’accélération de la dérive que connaît notre pays depuis cette élection ».

C’est alors sur une approche transversale d’alliances respectueuse des sensibilités et appartenances différentes qu’il travaille. Rencontrant nombre de responsables politiques, il appelle à l’élaboration d’un programme commun de la droite destiné à construire une proposition alternative au Macronisme qu’il n’aura eu de cesse de dénoncer sur le tryptique « Multiculturalisme – Mondialisme – Ultralibéralisme ».

Malgré l’échec apparent de l’initiative de la plateforme de rassemblement des « Amoureux de la France » créée en septembre 2017 conjointement par Véronique Besse, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuelle Mesnard et lui, il reste profondément convaincu que son intuition est la bonne. C’est ainsi qu’il déclare samedi 6 avril 2019 sur le plateau de TV Libertés : « Je livrerais de toute façon, comme je le dis depuis le début, la bataille du programme commun de la droite, cette démarche partagée de la rédaction d’un document de redressement de la France. Je livrerais ce combat, quoi qu’il arrive, que ce soit sur le plan politique ou sur le plan intellectuel, sans doute sur ces deux plans ».

EN BREF

Fonctions à l’Assemblée nationale :

  • Vice-Président de la Commission des Lois (à partir de octobre 2013) ;
  • Membre du Bureau du Groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale ;
  • Membre fondateur de l’Entente parlementaire pour la famille ;
  • Président de la mission d’informations sur les moyens de Daech
  • Rapporteur de la loi sur l’état d’urgence.
  • Président des journées parlementaires sur la santé au travail
  • Président du groupe à vocation internationale France-Soudan du Sud.
  • Vice-Président de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances » (dite Loi Macron)
  • Vice-Président du groupe d’étude « Prison et conditions carcérales » ;
  • Vice-Président du groupe d’étude « Prévention et lutte contre la toxicomanie » ;
  • Vice-Président du groupe d’étude à vocation internationale France – Saint-Siège ;
  • Vice-Président du Groupe d’amitié France-Jordanie;
  • Membre de l’Observatoire national du suicide (à partir de 2013)
  • Secrétaire national LR en charge des questions d’emploi (de 2002 à 2004, puis de 2009 à 2014).

Publications :

Ouvrages

  • L’Islam à la conquête de l’Occident, 2018 (Editions du Rocher)
  • Notre sang vaut moins cher que leur pétrole – la France à l’épreuve du Proche-Orient, 2016 (Editions du Rocher)
  • Personne ne doit mourir seul, 2015 (Éditions universitaires)
  • Bioéthique : l’homme contre l’Homme ?, 2007 (Presse de la Renaissance)
  • La dignité humaine, 2005 (Études hospitalières)
  • Bioéthique, éthique et humanisme, thèse de doctorat en philosophie, 2001 (Etudes hospitalières)
  • Le mythe bioéthique (ouvrage collectif), 2000 (Editions Bassano)

Rapports parlementaires

  • Rapport « Mission d’information de l’Assemblée Nationale sur les moyens de Daech », juillet 2016 (Editions des Équateurs)
  • Rapport « Construire des parcours de progression sociale pour et avec les jeunes », décembre 2013 (Assemblée nationale).
  • Rapporteur de la mission des groupes UMP et NC sur « la souffrance au travail », décembre 2009 (Documentation française).
  • La négociation collective et les branches professionnelles, rapport au Premier ministre, 2009 (Documentation française)
  • Rapport « Faciliter le maintien et la création d’emplois », mai 2009 (Documentation française).
  • Rapport sur « la négociation collective et les branches professionnelles », avril 2009 (Documentation française).
  • Rapport de la mission sur la lutte contre les violations de sépultures « Du respect des morts à la mort du respect ? », décembre 2008 (Documentation française).
  • Rapport « Prévenir et compenser la pénibilité au travail », juin 2008 (Documentation française).
  • Rapport sur le projet de loi « Rénovation de la démocratie sociale et temps de travail », juin 2008 (Documentation française).