TRIBUNE DE JEAN-FRÉDÉRIC POISSON

L’Incorrect – 8 mars 2019

Floue et nette « en même temps », la tribune publiée par le président de la République dans vingt-huit pays européens le 5 mars dernier nous renseigne sur ses intentions.

Emmanuel Macron évoque une « Renaissance européenne » fondée sur la liberté, la protection et le progrès – quelqu’un est contre ?

Quatre défauts congénitaux entachent cette intention, voire la contredisent. Le premier réside dans cette volonté de confier systématiquement à des « machins » européens (comme par exemple une agence européenne de l’asile) des responsabilités qui doivent demeurer celle des États. On peut y voir la défiance habituelle du chef de l’État à l’égard du dialogue nécessaire entre les responsables, et la confiance illimitée – d’ailleurs parfaitement injustifiée – dans les organismes fédéraux. Il est vrai que cette attitude réplique la manière dont Emmanuel Macron anime le dialogue social en France…

[LIRE LA SUITE]

Articles recommandés