Panthéon

Inhumation de Jean Zay au Panthéon : question au Ministre de la Défense.

M. Jean-Frédéric Poisson alerte M. le ministre de la défense sur le projet d’inhumation de Jean Zay au Panthéon.

« Aux Grands hommes la patrie reconnaissante », telle est l’inscription présente sur le fronton du Panthéon.

Cela signifie que la patrie tout entière se reconnaît dans la vie de la personnalité intégrant le Panthéon, lieu de notre mémoire collective, et considère la personne ainsi honorée comme un exemple d’attachement à la France, à ses symboles et à ses valeurs.

Or, ce projet n’est pas sans semer le trouble au sein du peuple français. Jean Zay fut notamment l’auteur d’un poème qualifiant notre drapeau tricolore, emblème national, de « saloperie tricolore ».

À l’heure où notre peuple a besoin de retrouver sa cohésion, le sens de ce qui unit les Français, l’intégration de Jean Zay au Panthéon est un contre-signal d’unité nationale.

C’est la raison pour laquelle Monsieur Jean-Frédéric Poisson demande au Gouvernement de renoncer purement et simplement à la mise à l’honneur de Jean Zay à cette occasion, et demande l’avis du Ministre de la Défense sur ce sujet.

EI Coptes

27 mai – Conférence sur l’Etat islamique et les chrétiens d’Egypte à l’Assemblée nationale

« Expansion de l’Etat islamique : quel avenir pour les chrétiens d’Egypte ? »

En tant que Président du Parti Chrétien-Démocrate et Vice-président du groupe d’études sur les Chrétiens d’Orient à l’Assemblée nationale, j’animerai une conférence-débat à l’Assemblée nationale sur la situation des chrétiens d’Egypte le mercredi 27 mai prochain de 15h30 à 17h30  avec le Père Henri Boulad, Directeur du centre culturel jésuite d’Alexandrie, Fondé de Pouvoir de Caritas Egypte.

Si vous souhaitez vous inscrire, merci de  confirmer votre présence à l’adresse jfpoisson@assemblee-nationale.fr en précisant vos noms, prénom, lieu et date de naissance et adresse.

Conf-chretiens-Egypte-27mai

 

enfants en crèche

Neutralité religieuse dans les structures privées : il est temps de cesser de surjouer la laïcité !

L’Assemblée examine aujourd’hui une proposition de loi visant à étendre l’obligation de neutralité aux structures privées en charge de la petite enfance et à assurer le respect du principe de laïcité.

Pour ma part, je refuse que lorsqu’ils bénéficient de financements publics, les établissements et services accueillant des enfants de moins de six ans soient soumis à une obligation de neutralité en matière religieuse.

Cela revient à étendre la neutralité de l’État à une structure de droit privé uniquement parce qu’elle reçoit de l’argent public. Or, le principe de laïcité ne prohibe le subventionnement public que pour les organisations cultuelles ; le prohiber plus largement pourrait être considéré comme discriminatoire, et donc attentatoire au principe constitutionnel d’égalité.

Cette proposition de loi exige aussi que certaines crèches ou halte garderies se prévalent d’un caractère propre porté à la connaissance du public intéressé pour bénéficier de financements publics propres. Il s’agit là d’une condition tout à fait « stigmatisante ».

La liberté de conscience et de religion, pourtant garantie par la Constitution française comme par la Cour européenne des Droits de l’Homme, deviendrait un droit exceptionnel, marqué par la suspicion.

Il est temps de cesser de confondre laïcité et laïcisme, et de dénoncer cette forme de complexe ou de manière de surjouer et de surintepréter la laïcité qui est dans la Constitution. Nous ne pouvons accepter que la laïcité soit assimilée au fait d’écarter le fait religieux de la sphère publique. Il en va de notre cohésion nationale.

Femme-enceinte-2

Protection de l’enfant : pour un renforcement de la lutte contre la GPA.

Aujourd’hui a eu lieu le débat sur la protection de l’enfant.

Avec mes collègues de l’Entente parlementaire pour la famille, nous  demandons la modification de l’article 227-12 du code pénal afin de renforcer la lutte contre la GPA.

Nous demandons l’aggravement des peines pour tout Français ou toute personne résidant habituellement sur le territoire français provoquant un parent à abandonner un enfant : nous exigeons qu’il soit désormais puni de « cinq ans d’emprisonnement » et « 150 000 euros d’amende », au lieu des six mois d’emprisonnement et des 7 500 euros d’amende actuellement prévus.

Nous demandons aussi que le fait, dans un but lucratif, de s’entremettre entre une personne désireuse d’adopter un enfant et un parent désireux d’abandonner son enfant soit puni de dix ans de réclusion criminelle et de 150 000 euros d’amende », au lieu des un an emprisonnement et des 15 000 euros d’amende prévus.

La protection de l’enfant passe indubitablement par la répression du tourisme procréatif. Ce commerce doit nous faire honte et amener notre pays qui se targue pourtant d’être le porte-étendard des droits de l’homme à prendre des décisions courageuses.

Migrants

Quotas d’immigration : la faillite de l’Europe.

Une nouvelle fois, l’incapacité des autorités européennes à trouver la bonne politique est démontrée.

Il est clair pour tout le monde, en tout cas pour les habitants des pays de l’Union Européenne, que notre continent n’est pas en mesure d’accueillir les migrants venus d’Afrique dans des conditions décentes.
Dès lors, il ne s’agit pas de tenir pour acquise la situation actuelle, qui est gravissime et insupportable.

Le devoir de l’Europe consiste d’abord à trouver tous les moyens d’arrêter sans délai ce flot de migration depuis l’Afrique, et de trouver avec les pays concernés les moyens politiques de stabilité et de développement.

Cette orientation est la seule susceptible de répondre aux aspirations des peuples d’Afrique et à leurs besoins fondamentaux, tout autant qu’à la volonté des peuples européens. Une politique de quotas ne peut se concevoir que dans la mesure où ce préalable de développement équilibré est établi.

En renonçant à suivre la seule politique qui soit à la fois exigeante et juste, l’Union Européenne montre une fois de plus son incapacité à régler les difficultés que rencontrent les peuples européens. Ça n’est pas surprenant, c’est inquiétant.

renseignement téléphone

Français sur écoute : pourquoi j’ai voté contre la loi sur le renseignement.

Au-delà des seuls événements tragiques de la fin 2014 et du début 2015 qui ont frappé la France, il fallait sans doute une loi sur le renseignement.

Il était nécessaire, en effet, de se donner les moyens de sécuriser davantage les agents dans leurs missions, ainsi que les procédures judiciaires qui en sont la conséquence pour ce faire.

Mais, bien au-delà de cette double nécessité, la loi donne, en fait, la possibilité aux services de renseignement de placer sur écoute de très nombreux Français, très éloignés de toute forme de projet à caractère terroriste, dans un contexte qui ne préserve pas nos libertés individuelles fondamentales. Les dénégations du Gouvernement sur la volonté de préserver ces libertés ne change rien : la formulation de l’article premier du projet de loi parle d’elle-même. Elle concerne potentiellement tout organisateur de manifestations, ou toute forme de délinquance commise à plusieurs. Tout ceci est notoirement excessif, et, malgré la confiance que nous devons légitimement apporter à nos services, le Gouvernement doit apporter des garanties sur ces aspects.

En l’état, par conséquent, il n’était pas possible de voter un tel projet de loi en première lecture. J’attends de la navette parlementaire qu’elle précise tous les points qui posent aujourd’hui question, et qui inquiètent légitimement beaucoup de Français.

En tout état de cause, et pour ces mêmes raisons, je soutiens la démarche engagée par mes collègues Laure de la Raudière et Pierre Lellouche, visant à saisir le Conseil constitutionnel au terme des débats parlementaires.

Visite AN

Visite de l’Assemblée avec des élus membres de Rambouillet Territoires

Hier mardi 28 avril, visite de l’Assemblée nationale pour un groupe d’élus membres de Rambouillet Territoires. C’est toujours une joie de faire découvrir cette belle institution parlementaire et ce magnifique édifice qu’est le palais Bourbon. Un grand merci à tous ces élus pour leur enthousiasme et pour leur engagement quotidien au sein de nos territoires !

Migrants-Mediterranee-AFP-1280

Plan antiracisme : les chrétiens sont encore les grands oubliés !

En ce jour de plan antiracisme, nous apprenons que quinze immigrés d’origine africaine et de confession musulmane sont accusés d’avoir jeté par-dessus bord douze réfugiés chrétiens en pleine Méditerranée : j’attends l’indignation du gouvernement à ce sujet, et elle tarde à venir!

Je remarque d’ailleurs que ce plan antiracisme présenté par Manuel Valls présente  des mesures pour lutter contre les discriminations et les attaques à l’égard des musulmans, des étrangers, des homosexuels, des juifs, mais pas à l’égard des chrétiens, qui sont eux aussi victimes d’humiliations et d’agressions et dont les lieux de culte sont bien plus profanés que ceux de n’importe quelle autre communauté en France !

France bleu

Refondation de l’UMP, Islam, loi santé : j’étais l’invité politique de la matinale de France Bleu.

Retrouvez mon interview sur France Bleu ce matin.

JFP France bleuAu programme : IVG, GPA, salles de shoot, Islam, christianophobie, nouveau nom de l’UMP « Les Républicains ».

J’ai évoqué la mise en place des véhicules autonomes, c’est à dire sans chauffeurs, sur la communauté d’agglomération Rambouillet Territoires d’ici fin 2015, premier territoire au monde à expérimenter ces véhicules de niveau 4 !

Sur la refondation de l’UMP, j’ai déclaré que la question n’est pas le nouveau nom « Les Républicains » : le vrai sujet, c’est le projet politique., et l’UMP manque d’un vrai projet aujourd’hui.

Sur la loi santé, j’ai dénoncé le fait que le droit laisse désormais un délai de réflexion de plusieurs jours pour un prêt automobile, mais plus pour IVG ! J’ai aussi rappelé mon opposition aux salles de shoot.

Sur l’emploi, j’ai rappelé la nécessité que les entreprises doivent prendre des mesures pour respecter les droits et le temps de repos des travailleurs.

Sur l’islam, j’ai affirmé qu’il faut aider les musulmans qui souhaitent avoir une vision critique de leur religion.

Enfin, en ce jour de plan antiracisme, j’ai demandé que nous n’oubliions pas la christianophobie dans la liste des discriminations à combattre.