hémicycle-672x372

Colloque à l’Assemblée sur l’uberisation le 18 février : inscrivez-vous !

J’organise le jeudi 18 février 2016 de 9h à 13h à l’Assemblée nationale un colloque sur le thème

« Uberisation de l’économie, chance ou menace pour la société ? »

Le terme « uberisation » désigne le phénomène par lequel une start-up ou un nouveau modèle économique lié au numérique peut menacer et remettre en cause rapidement un vieux modèle de l’économie « traditionnelle ». L’uberisation bouleverse l’emploi, notre rapport au travail et met en danger nombre de commerces et d’entreprises artisanales qui ont investi et respectent les réglementations en vigueur.

Ce colloque permettra de poser au niveau politique la question de l’uberisation et de ses conséquences. Il aura lieu dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale, située au 101 rue de l’université (Paris VII), en présence de Luc FERRY, philosophe, ancien ministre,

Si vous souhaitez y participer, l’inscription est obligatoire avant le 12 février 2016. En application du plan Vigipirate, nous vous prions de bien vouloir transmettre vos prénoms, noms, date et lieu de naissance lors de votre inscription à l’adresse jfpoisson@assemblee-nationale.fr ou au 01 40 63 68 76. Une pièce d’identité sera demandée à l’entrée.

talk

PRIMAIRE 2016, DÉMISSION DE CHRISTIANE TAUBIRA : J’ÉTAIS L’INVITÉ DU TALK ORANGE LE FIGARO

Candidature à la primaire de la droite et du centre, scandaleux reniement de Nicolas Sarkozy sur le mariage pour tous, démission bienvenue de Christiane Taubira, coup politique de François Hollande avec la réforme constitutionnelle et la déchéance de nationalité : retrouvez mes réponses aux questions d’Yves Thréard pour le Talk Orange ! 

 

JFP Figaro

« ECRIRE UNE NOUVELLE VISION, PAS UN NOUVEAU LIVRE ! » MA TRIBUNE AU FIGAROVOX

Retrouvez ci-dessous ma tribune au FigaroVox. Je ne peux que constater l’exaspération des Français qui voient revenir avec la primaire « des responsables politiques qu’ils ne croient plus, qu’ils n’attendent pas ». Face à cette situation, je considère ma candidature comme « nécessité », « un devoir », « une forme d’état d’urgence pour la France ».

figarovox«Écrire une nouvelle vision, pas un nouveau livre !»

Avec les premiers frimas, commence le feuilleton de la primaire: l’un annonce son programme en une fois, l’autre le vend à la découpe, le troisième droitise son discours, et un autre encore laisse planer le mystère sur sa propre candidature et dégoise sur les candidats déclarés.

Tout cela promet-il d’être à la hauteur des enjeux? Nous traversons un ensemble de crises graves dont l’année 2015 nous a fourni un douloureux déroulé: faillite de notre système éducatif, crise des migrants, impuissance de l’Europe, isolement de la France, accroissement de la précarité et du chômage, affaiblissement des institutions, dégâts du laïcisme militant. La liste n’est pas exhaustive. Si la mandature Hollande a clairement accéléré la précipitation de nos crises et malheurs, soyons clairs: rien de tout cela … Lire la suite sur le site du Figaro.

echo

Interview pour Atlantico : « La propagande gouvernementale pro-IVG continue ! »

logoA la veille des quarante ans de la loi Veil, Marisol Touraine a annoncé, vendredi 15 janvier, une série de mesures afin de faciliter l’accès à l’IVG. Parmi elles, le remboursement à 100% des frais annexes à l’avortement, comme l’échographie. Pour les femmes enceintes qui ne souhaitent pas avorter, les deux premières échographies ne sont remboursées qu’à 70%. J’ai réagi à cette mesure dans une interview à Atlantico.

Atlantico : Marisol Touraine a annoncé la mise en place d’un parcours de soin remboursé à 100% dès avril 2017 pour les femmes souhaitant faire une IVG, alors qu’une femme souhaitant garder son bébé n’est remboursée qu’à 70% pour ses deux premières échographies. N’est-ce pas pousser les femmes les plus modestes à choisir la voie de l’IVG en raison des coûts que cela représente de garder son bébé ?

Jean-Frédéric Poisson : D’abord, la notion de soin appliqué à une femme enceinte à propos de de l’avortement est extrêmement contestable. Une femme enceinte n’est pas malade, la grossesse n’est pas une maladie et l’avortement ne guérit de rien. Il y a là un détournement de langage permanent qui verrouille le débat.

 En fait, nous sommes dans une logique du tout avortement, que je dénonce depuis longtemps. En effet, le fait que les femmes ne soient remboursées qu’à 70% pour les deux premières échographies… Lire la suite sur le site d’Atlantico.

election-vote-urne

Régionales : Votez la liste de Valérie Pécresse

Dimanche dernier, les électeurs du sud des Yvelines ont placé en tête, et largement, la liste conduite par Valérie Pécresse au premier tour des élections régionales. Nous remercions tous ceux d’entre vous qui ont fait confiance à nos candidats et les invitons à faire de même au second tour.
Il reste maintenant à transformer cet essai. Nombre d’électeurs de notre territoire ne sont pas venus voter dimanche. Nous souhaitons leur rappeler les principaux enjeux de cette élection.
Bien sûr, personne ne peut reprocher aux électeurs d’adresser un message à caractère national dans le cadre d’élections territoriales. Pour autant, dimanche prochain, vous voterez pour l’avenir du sud des Yvelines bien plus que pour l’avenir de la France.
De quoi s’agit-il ? Des lycées de vos enfants, de vos transports quotidiens, de vos emplois locaux, de la protection de votre cadre de vie, de vos logements, de vos associations, de l’apprentissage de nos jeunes. Tous ces aspects de notre vie quotidienne ont été ignorés par la gauche, qui gouverne la région depuis beaucoup trop longtemps. Il faut que cela cesse.
Nous avons, dimanche prochain, la possibilité de confier la responsabilité de la Région Ile-de-France à une équipe qui saura prendre en compte les besoins de tous les franciliens, et particulièrement de ceux qui habitent en zone rurale. Nous avons besoin d’une région qui soutienne les collectivités locales du sud-Yvelines, et travaille en parfaite intelligence avec vos élus locaux.
Vous tous, habitants du sud-Yvelines, êtes soucieux de votre qualité de vie au quotidien. Vous voulez habiter dans ce territoire en élevant vos enfants tranquillement et en sécurité, en respectant vos devoirs et en protégeant votre cadre de vie.
Nous avons la conviction que seul le projet de Valérie Pécresse et de ses colistiers est en mesure de répondre à vos attentes. Nous relaierons leur action sur le terrain et nous engagerons à vos côtés, comme nous le faisons depuis des années, pour préserver la qualité de vie dans notre territoire que tant de franciliens nous envient.
Le dimanche 13 décembre, votez pour votre territoire : votez pour Anne Cabrit, Gaël Barbotin et Gilles Schmidt. Votez pour la liste de Valérie Pécresse.
Gérard LARCHER                        Jean-Frédéric POISSON
Président du Sénat                      Député des Yvelines
Sénateur des Yvelines                Président de Rambouillet Territoires

JFP-3-juin-2014

Projet de loi sur la prorogation de l’Etat d’urgence – Mon intervention

Monsieur le Premier ministre, faire la guerre suppose trois choses : nommer l’ennemi, choisir ses alliés, combattre.
Sur le premier point, « nommer l’ennemi », je me réjouis de constater que vous vous décidez enfin à prononcer ce matin dans notre hémicycle le nom de l’ennemi, à savoir l’islamisme et le salafisme. Ces ennemis nous obligent à répondre à trois questions :
Sommes-nous d’accord pour séparer, en France, le pouvoir politique du pouvoir religieux ?
Sommes-nous d’accord pour protéger, en France, la liberté religieuse ?
Sommes-nous d’accord pour maintenir, en France, l’égalité entre l’homme et la femme ?
Les salafistes veulent nous imposer, par la terreur, la négation de ce qui fonde notre pacte social. A nous d’apporter une réponse claire et sans failles à ces trois points.
J’ajoute à cela la nécessité de renforcer la parole de ceux qui expriment pacifiquement leurs convictions dans la société française.
Sur le deuxième point, « choisir ses alliés », je prends acte du revirement spectaculaire de votre politique étrangère. Le temps viendra d’expliquer aux Français les raisons de ce revirement soudain.
Donc, aujourd’hui, vous acceptez de dire, que les Russes, ne sont pas nos ennemis mais nos alliés.
J’entends aussi que vous voulez rompre les alliances avec les pays qui soutiennent les terroristes. J’attends de vous que vous nous disiez clairement, Monsieur le Premier ministres, quels sont les pays concernés. Il va de soi que l’Arabie saoudite, le Qatar, mais aussi la Turquie font partie de ces pays.
Le troisième point, « combattre », suppose que nous ayons les moyens de faire effectivement la guerre. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre les réserves exprimées aujourd’hui par certains de mes collègues députés concernant le renforcement de notre arsenal juridique. A l’inverse, je suis heureux de constater que vous acceptez, enfin, certaines propositions du groupe Les Républicains visant à renforcer nos capacités à lutter contre ceux qui combattent l’Etat de droit. Cette fois-ci vous avez décidé que l’opposition pouvait participer au combat contre Daech.
Deux questions cependant, n’ont pas été examinées dans ce texte et je le regrette.
D’abord celle de la durée de l’état d’urgence. Trois mois suffiront-ils à neutraliser nos ennemis ? Pouvons-nous indéfiniment prolonger l’état d’urgence ? Quel régime juridique adopter ?
La deuxième question en suspens est très difficile, elle concerne la surveillance et le contrôle des médias pendant cette période.
Vous avez décidé, pour ne pas restreindre la liberté de la presse, de ne pas reconduire l’alinéa de la loi de 1955 qui prévoit le contrôle de toutes les publications. Néanmoins, personne ne peut accepter aujourd’hui que des magazines, des sites Internet, des radios, des blogs continuent à diffuser la propagande islamique.
Le deuxième point concerne le danger que représente la diffusion par les chaînes d’information en continu, y compris pendant les interventions, d’informations susceptibles de nuire au bon déroulé des opérations, en donnant des informations aux terroristes.
Ces deux points – diffusion de la propagande islamique et chaines d’information en continu pendant les interventions – doivent faire l’objet de restrictions, compte tenu de l’ampleur du danger, et ce, malgré notre attachement à la liberté de la presse.
Je conclus en affirmant ma détermination à assurer le contrôle par le Parlement de l’action du gouvernement pendant cette période d’état d’urgence. Nous avons fait avec Jean-Jacques Urvoas, Président de la commission des lois, des propositions pour assurer le contrôle effectif du Parlement, je suis heureux qu’elles aient retenu votre attention.
Mesdames et Messieurs, l’opposition est déterminée à conduire la guerre contre l’islamisme et le salafisme. Je vous remercie.

Il y a un temps pour …

Il y a un temps pour pleurer les victimes, soutenir et accompagner les survivants, rendre hommage aux forces de sécurité et les remercier, et se taire devant l’horreur.

Un temps pour accepter et soutenir la décision de l’état d’urgence et entendre que le France ferme ses frontières.

Nous revivrons une séquence d’union nationale et peut-être les français redescendront-ils dans la rue pour démontrer qu’ils sont vivants.

Mais cette fois-ci, rien de cela ne suffira. Les Français ne se contenteront pas d’un discours d’appel à l’union, dont l’une des vertus est d’estomper les responsabilités. L’union nationale demandée au début de cette année n’aura servi à rien.

10 mois après les attentats du mois de janvier, la France n’a toujours pas de politique de contrôle de ses frontières. Elle n’a pas engagé la lutte contre les islamistes de tous bords sur son propre sol. Elle maintient des relations étroites avec des pays qui soutiennent les islamistes. Elle s’est engouffrée tête la première dans une politique insensée d’accueil des migrants. Elle n’a pas de politique de déradicalisation, ni dans les prisons ni ailleurs. Elle n’a pas renforcé ses effectifs militaires.

C’est tout cela qui doit maintenant être changé.

Nous demandons solennellement au Prédisent de la République :
L’expulsion systématique des islamistes radicaux ou leur assignation à résidence quand ils sont français.
La fermeture immédiate des lieux de culte abritant des mouvements islamistes.
La clarification des relations entre la France et les pays qui soutiennent les mouvements islamistes (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie).
Un plan massif d’intervention dans les banlieues afin de détruire les relations entre le banditisme et le terrorisme.
Le report de la COP 21 : son maintien, dans des conditions de sécurité que nous ne pouvons pas assurer, exposerait le France à de trop grands risques.
Un ensemble d’actions concrètes visent à combattre l’islamisme dans les prisons.

Plus que jamais les français attendent du Chef de l’Etat de la fermeté, et des actes.

Colloque : Incivilités au travail

J’organise ce jeudi 5 novembre une journée parlementaire sur le thème des Incivilités au travail – Quel enjeu de société, quelles réponses des organisations ?
Les incivilités au travail représentent une préoccupation croissante pour les entreprises et les services publics.
L’organisation de cette matinale au sein de l’Assemblée nationale rappelle qu’au-delà des impératifs économiques et de santé de salariés, l’enjeu des incivilités est sociétal.
À cette occasion, les résultats d’une grande enquête inédite sur les incivilités au travail seront dévoilés.

Invitation colloque Incivilités