Manif pour tous : la force de la vérité

Par
Dans Actualités

Par Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, et Jean-Frédéric Poisson, Franck Margain, Xavier Lemoine et Louis-Georges Barret, vice-présidents.

Après la loi Taubira, le pire serait de rentrer dans le temps de la colère ou du découragement. Bien au contraire, c’est dans l’action, par une résistance déterminée, sereine et pacifique, qu’il faut s’engager. Nous entrons, non pas dans la fin d’un combat, mais plutôt dans son commencement.

Dans tout ce qui s’est passé depuis l’inscription à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale du projet de loi Taubira, ni son adoption par le Parlement ni l’entêtement du gouvernement Ayrault n’ont été une surprise. La seule surprise, c’est cette mobilisation historique, c’est la levée en masse des Français depuis novembre contre le mariage gay.

Non seulement toutes les manifestations nationales et régionales furent des succès et enregistrèrent des records d’affluence, mais chaque jour en France métropolitaine, outre-mer ou à l’étranger, des comités locaux ont manifesté leur hostilité à ce projet de loi qui heurte les consciences en niant le droit des enfants.

Cette lame de fond est irréversible. Elle va bien au-delà du seul mariage gay. Elle porte en elle une exaspération et une profonde espérance dont la joie et la bonne humeur des “manifs pour tous” sont l’expression, sans oublier le Printemps français et ces magnifiques Veilleurs qui marquent dans le silence la résistance déjà en marche.

Ces six derniers mois de mobilisation ont été le temps nécessaire pour que l’opinion prenne conscience des vrais enjeux de ce qui se prépare : la construction d’une société nouvelle fondée sur les valeurs libérales-libertaires de 1968, écrasant les valeurs éternelles qui ont fait la grandeur de la France. Les Français savent maintenant que c’est la place de la personne humaine dans l’organisation de la société qui est en jeu.

La société que sous-tend la loi sur le mariage gay est celle où la différence sexuelle homme-femme est niée, le ventre des femmes objet de commerce, l’enfant objet de consommation, livré aux désirs égoïstes des adultes, l’ouvrier variable d’ajustement dans l’entreprise, l’embryon objet de la recherche, le malade euthanasié.

Le mariage gay a rassemblé les personnes de bon sens et de bonne volonté contre lui. C’est une chance inespérée et inattendue. Là est la vraie surprise ! Notre nombre, notre détermination nous rendent forts. On pourrait croire que nous avons perdu : le président et son gouvernement ont tous les pouvoirs. Mais ils sont affaiblis par leur mensonge. Certes, nous n’avons pas le pouvoir, mais nous avons la force de la vérité.

Toute la mobilisation des mois passés n’aurait aucun sens si elle s’arrêtait le 26 mai. Les actions à venir sont nombreuses. Tout de suite, nous devrons soutenir les élus courageux qui refuseront de célébrer ces mariages. Si nous sommes sur le chemin de la reconstruction, nous n’avons pas encore atteint notre but. L’espoir de construire une société nouvelle fondée sur la réalité et la vérité de la nature humaine mettra un coup d’arrêt aux dérives libérales-libertaires que nous connaissons aujourd’hui. Encore faut-il agir et tout de suite.

Au Parti chrétien-démocrate, nous appelons à poursuivre ce grand mouvement populaire afin de construire cette société nouvelle fondée sur l’écologie humaine et la primauté de la personne. La résistance nous appelle ! Le 26 mai devra être plus qu’une simple manifestation : ce sera surtout, si nous ne désarmons pas, la date historique du redressement de la France, de son réveil, de son renouveau. C’est une chance historique. L’histoire n’est pas écrite, à nous de l’écrire.

Personne n’empêchera cette jeunesse qui se lève d’avancer et de transformer en profondeur notre pays. Ce n’est pas l’affaire de la droite ou de la gauche, c’est l’affaire des Français. La paix, le calme, la détermination, la quête de sens et de vérité sont les moteurs de ce mouvement que personne n’a vu venir.

La non-violence et notre détermination feront gagner la France et les Français. Oui, il y aura un après-26 mai, celui de l’entrée résolue en résistance de chacun d’entre nous.

Articles recommandés