Pour M. Hollande, plus question de lutter contre les drogues !

Par
Dans Actualités

J’invite tous mes concitoyens à prendre connaissance de la réponse du chef de cabinet de M. François Hollande aux revendications de l’association d’ASUD (Autosupport des Usagers de Drogues) qui demande que l’on cesse la guerre aux drogues, qui vante leurs effets , qui réclame l’ouverture des salles de shoot, la légalisation du cannabis, la dépénalisation voire la légalisation de toutes les drogues.. Et qui reçoit des subventions publiques !!! Le gouvernement n’a pas fini de s’attaquer à nos jeunes et de promouvoir une idéologie libertaire profondément destructrice de notre société.

http://www.asud.org/wp-content/uploads/2013/02/Pr%C3%A9sidence-de-la-R%C3%A9publique.jpg

Le courrier de la Présidence de la République

Paris, le 18 janvier 2013

Monsieur le Président d’ASUD,

Le Chef de l’Etat a bien reçu le second rapport de la Commission mondiale pour la politique des drogues, intitulé « La guerre aux drogues face au VIH/sida » que vous lui avez adressé, conjointement avec Messieurs Fabrice OLIVET et Laurent APPEL, respectivement directeur et membre de l’ASUD.

Déterminé à lutter contre les dangers liés à la toxicomanie, notamment en matière de santé publique, le Président de la République m’a confié le soin de vous assurer qu’il a été pris connaissance avec attention de ce document.

S’agissant des maladies transmissibles au travers de l’usage de drogues, le Gouvernement a, comme vous le savez, demandé à la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT) d’examiner les conditions de mise en oeuvre d’expériences-pilote en faveur des usagers de la drogue dans plusieurs villes de France. Parmi les expérimentations envisagées, l’installation de lieux de consommation pourrait permettre de diminuer le risque sanitaire, principalement vis-à-vis du VIH, mais également de favoriser le suivi qui contribue à la réinsertion.

Il ne s’agit évidemment pas de banaliser l’usage de la drogue mais de mettre en oeuvre, de manière pragmatique, une politique efficace de réduction des risques.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

 

Articles recommandés