Contre le mariage homosexuel : l’Entente parlementaire pour la Famille dans Libé

Par
Dans Actualités

Voici le texte de la tribune que nous, 127 députés et sénateurs UMP, UDI et UDRC, avons fait paraître aujourd’hui à propos du projet de loi « Mariage pour tous et adoption ».

La mobilisation doit continuer !


 

La remise en cause du mariage, mais aussi de la filiation, est une véritable question de société sur laquelle nous ne pouvons faire l’économie d’une réflexion dépassionnée. Elle mérite que chacun s’interroge profondément, bien au-delà des positions caricaturales présentées dans les médias, opposant deux catégories de personnes. Il n’y a pas d’un côté ceux, favorables au mariage homosexuel et à l’adoption qui seraient porteurs d’une vision de la société novatrice et tolérante, et de l’autre, ceux qui sont taxés d’intégrisme, de conservatisme et d’homophobie en raison de leur attachement au modèle historique de la famille. Cette stigmatisation est réductrice et malveillante.

Ceux qui disent que le projet de loi de « mariage pour tous » ne fait qu’accorder des droits nouveaux au nom de l’égalité, nous trompent. Ce texte bouleverse en profondeur notre société.

Faut-il rappeler que le mariage civil est – en premier lieu – un acte juridique visant à établir un cadre institutionnel pour un couple constitué par un homme et une femme qui décident de fonder une famille ? Le mariage n’est donc pas un simple certificat de reconnaissance d’un sentiment amoureux.

En fait, ce qui pousse aujourd’hui les couples homosexuels, ou tout au moins une minorité, à revendiquer un « droit au mariage », c’est qu’en y accédant, ils obtiendraient de facto des droits en matière d’ « homoparentalité ».

Ainsi, la question du mariage n’est finalement qu’un leurre qui fait diversion. La question principale est celle de la filiation : l’adoption, le recours aux techniques de l’assistance médicale à la procréation  ou encore des mères porteuses. La reconnaissance juridique de « l’homoparentalité »  entraînerait bien logiquement l’abandon de la notion de père et mère dans le code civil au profit du terme de parents indifférenciés…Ainsi seraient remis en cause les repères naturels de l’enfant – au plan biologique et psychologique – fondateurs de son identité et de la lisibilité de sa filiation.

Nous ne pouvons être insensibles à la souffrance que peut représenter le désir d’enfant chez un couple qui ne peut procréer. Néanmoins le législateur se doit de défendre l’intérêt général et les droits des plus faibles : en l’espèce, le « désir d’enfant » ne doit pas se concrétiser en un « droit à l’enfant » car les droits de l’enfant doivent toujours et en toute circonstance demeurer prioritaires.

Nous persistons à penser qu’un enfant se construit avec un père et une mère. Certains vous citeront des exemples de couples homosexuels formidables ou de couples « hétérosexuels » qui ne le seraient pas. Mais nous ne pouvons légiférer à partir de l’expérience même réussie de cas particuliers. Il nous faut réfléchir aux situations permettant le meilleur développement d’un enfant. Or l’absence d’un père ou d’une mère sera toujours vécue comme un manque profond dans la construction d’un enfant. Ouvrir l’adoption aux couples homosexuels est donc, de ce point de vue, contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Que le mariage homosexuel et l’homoparentalité aient été inscrits dans le programme de François Hollande ne justifie pas leur examen dans la précipitation, sans information ni consultation des Français alors qu’il s’agit d’un enjeu majeur de société. Désormais, le gouvernement n’a qu’un objectif, celui d’éviter le débat. Comment se fait-il que le Président de la République et le Premier Ministre si prompts à lancer des concertations et des commissions de réflexion, ne prennent pas la précaution de le faire sur un sujet concernant les droits de l’enfant et les fondements mêmes de la famille et de la filiation dans notre société ?

Pour toutes ces raisons, nous demandons un débat public et un référendum autour du futur projet de loi. Cela intéresse la société toute entière, nous voulons que chacun puisse s’exprimer en conscience.

Xavier BRETON député de l’Ain, Jean-Christophe FROMANTIN député des Hauts-de-Seine, Bernard GERARD député du Nord, Philippe GOSSELIN député de la Manche, Laure de LA RAUDIERE député d’Eure-et-Loir, Hervé MARITON ancien ministre député de la Drôme, Jean-Frédéric POISSON député des Yvelines et 120 députés et sénateurs UMP, UDI et UDRC.

Liste complète des 127 députés et sénateurs UMP, UDI et UDRC

Xavier BRETON député de l’Ain, Jean-Christophe FROMANTIN député des Hauts-de-Seine, Bernard GERARD député du Nord, Philippe GOSSELIN député de la Manche, Laure de LA RAUDIERE député d’Eure-et-Loir, Hervé MARITON ancien ministre député de la Drôme, Jean-Frédéric POISSON député des Yvelines et

Bernard ACCOYER ancien Président de l’Assemblée nationale député de la Haute-Savoie, Patrick BALKANY député des Hauts de Seine, Julien AUBERT député du VAUCLUSE, Olivier AUDIBERT-TROIN député du Var, Gérard BAILLY sénateur du Jura, Jean-Pierre BARBIER député de l’Isère, Philippe BAS ancien ministre sénateur de la Manche, Michel BECOT sénateur des Deux-Sèvres, Véronique BESSE député de la Vendée, Joël BILLARD sénateur d’Eure-et-Loir, Jean BIZET sénateur de la Manche, Etienne BLANC député de l’Ain, Gilles BOURDOULEIX député du Maine-et-Loire, Jean-Noël CARDOUX sénateur du Loiret, Gérard CESAR sénateur de la Gironde, Jean-Pierre CHAUVEAU, Guillaume CHEVROLLIER député de la Mayenne, Dino CINIERI député de la Loire, Philippe COCHET député du Rhône, Raymond COUDERC sénateur de l’Hérault, Charles de COURSON député de la Marne, Jean-Michel COUVE député du Var, Marie-Christine DALLOZ député du Jura, Gérald DARMANIN député du Nord, Philippe DARNICHE sénateur de la Vendée, Isabelle DEBRE sénateur des Hauts de Seine, Jean-Pierre DECOOL député du Nord, Yves DETRAIGNE sénateur de la Marne, Nicolas DHUICQ député de l’Aube, Dominique DORD député de la Savoie, Virginie DUBY-MULLER député de la Haute-Savoie, Marie-Annick DUCHÊNE sénateur des Yvelines, Daniel FASQUELLE député du Pas-de-Calais, Yves FOULON député de la Gironde, Bernard FOURNIER sénateur de la Loire, Jean-Paul FOURNIER sénateur du Gard, Yves FROMION député du Cher, Annie GENEVARD député du Doubs, Alain GEST député de la Somme, Franck GILARD député de l’Eure, Bruno GILLES sénateur des Bouches du Rhône, Charles-Ange GINESY député des Alpes-Maritimes, Claude GOASGUEN ancien ministre député de Paris, Jean-Pierre GORGES député de l’Eure-et-Loir, Philippe GOUJON député de Paris, Anne GROMMERCH député de la Moselle, Arlette GROSSKOST député du Haut-Rhin, Jean-Jacques GUILLET député des Hauts-de-Seine, Michel HEINRICH député des Vosges, Pierre HERISSON, Francis HILLMEYER député du Haut-Rhin, Guénhaël HUET député de la Manche, Christiane HUMMEL sénateur du Var, Benoît HURE sénateur des Ardennes, Patrick LABAUNE député de la Drôme, Valérie LACROUTE député de la Seine-et-Marne, Marc LAFFINEUR ancien ministre député du Maine-et-Loire, Jacques LAMBLIN député de la Meurthe-et-Moselle, Guillaume LARRIVE député de l’Yonne, Charles de LA VERPILLIERE député de l’Ain, Alain LEBOEUF député de la Vendée, Isabelle LE CALLENNEC député de l’Ille-et-Vilaine, Marc LE FUR député des Côtes d’Armor, Dominique de LEGGE sénateur de l’Ille-et-Vilaine, Jean-Pierre LELEUX sénateur des Alpes Maritimes, Philippe LEROY sénateur de la Moselle, Céleste LETT député de la Moselle, Geneviève LEVY député du Var, Jean-Louis LORRAIN sénateur du Haut-Rhin, Véronique LOUWAGIE député de l’Orne, Roland du LUART sénateur de la Sarthe, Laurent MARCANGELI député de la Corse-du-Sud, Thierry MARIANI ancien ministre député des Français établis hors de France, Olivier MARLEIX député d’Eure-et-Loir, Philippe-Armand MARTIN député de la Marne, Patrice MARTIN-LALANDE député du Loir-et-Cher, Alain MARTY député de la Moselle, Jean-Claude MATHIS député de l’Aube, Jean-François MAYET,  François de MAZIERES député des Yvelines, Colette MELOT sénateur de la Seine-et-Marne, Philippe MEUNIER député du Rhône, Jean-Claude MIGNON député de la Seine-et-Marne, Albéric de MONTGOLFIER sénateur d’Eure-et-Loir, Yannick MOREAU député de la Vendée, Jean-Luc MOUDENC député de la Haute-Garonne, Alain MOYNE-BRESSAND député de l’Isère, Jacques MYARD député des Yvelines, Dominique NACHURY député du Rhône, Yves NICOLIN député de la Loire, Patrick OLLIER ancien ministre député des Hauts de Seine, Bernard PERRUT député du Rhône, Robert del PICCHIA sénateur représentant les Français établis hors de France, Jackie PIERRE sénateur des Vosges, Josette PONS député du Var, Christian PONCELET ancien Président du Sénat sénateur des Vosges, Didier QUENTIN député de la Charente-Maritime, Henri de RAINCOURT ancien ministre sénateur de l’Yonne, Frédéric REISS député du Bas-Rhin, Bruno RETAILLEAU sénateur de la Vendée, Charles REVET sénateur de la Seine-Maritime, François ROCHEBLOINE député de la Loire, Jean-Marie SERMIER député du Jura, Esther SITTLER sénateur du Bas-Rhin, Thierry SOLERE député des Hauts-de-Seine, Eric STRAUMANN député du Haut-Rhin, Jean-Charles TAUGOURDEAU député du Maine-et-Loire, Jean-Marie TETART député des Yvelines, Michel TERROT député du Rhône, Dominique TIAN député des Bouches-du-Rhône, André TRILLARD sénateur de la Loire Atlantique, Catherine TROENDLE sénateur du Haut-Rhin, Catherine VAUTRIN ancien ministre député de la Marne, Jean-Pierre VIAL sénateur de la Savoie, François-Xavier VILLAIN député du Nord, Philippe VIGIER député d’Eure-et-Loir, Philippe VITEL député du Var, Michel VOISIN député de l’Ain

 

Recent Posts
Commentaires
  • Hubert de Tartas

    Qui est malveillant ?
    Peut-être celui qui considère que ce qui existe est historique et ne doit plus bouger d’un iota ? Évidemment, à ce train-là, nous en serions toujours à la féodalité et à l’application de la peine de mort, pour ne citer que les exemples les plus frappants.
    Peut-être le malveillant est-il celui qui base son jugement sur une analyse tronquée de l’évolution humaine, qui voudrait que le schéma familial ait toujours été identique et soit immuable ?
    Vous pouvez toujours vous arquebouter sur le concept d’ « homoparentalité », celui-ci ne veut rien dire. Êtes-vous hétéroparent ? .Non, vous êtes parent (je vous le souhaite), et il y a des parents homosexuels. Être parent, ce n’est pas uniquement avoir les mêmes gènes que votre rejeton. C’est avoir un sentiment que l’on est celui qui apporte à l’enfant un cadre particulier. Vous pouvez l’être en adoptant.
    Mais cessez de faire fausse route : vous liez mariage et parentalité parce que cela vous plaît, mais je ne vois pas au nom de quoi. Et moi, si j’ai envie de lier mariage et pratique du tennis, ça n’a pas davantage de sens.
    Plus loin, il est question de « repères naturels de l’enfant ». Vous mettez le doigt sur quelque chose de très important. Tout le but de la société humaine, c’est de respecter la nature mais aussi de proposer ses propres constructions. Heureusement, sinon ce serait la jungle. Le mariage n’a rien de naturel, pourquoi les enfants auraient-ils des « repères naturels » ? Parlez plutôt de repères culturels et convenez qu’ils n’ont pas nécessairement à être calqués sur une vision uniforme, qui du reste, est en passe de ne plus être majoritaire comme vous le soutenez. Prenez garde de ne pas exclure trop de monde, car vous en prenez gravement le chemin : à l’heure où un tiers des couples divorcent (chose incompréhensible, car ils sont formés comme vous les aimez, une femme + un homme !!!), vous êtes en train de supposer que des milliers (millions ?) d’enfants sont perdus.
    Protéger les plus faibles dans l’intérêt général ? Absolument ! Protégez donc par la loi les enfants qui subiraient des moqueries parce que leurs parents ne sont pas « classiques ». Ces enfants existent. Mais en vous voilant la face, vous niez le problème et n’aidez pas ceux qui en ont besoin.
    Qui est malveillant, donc ?

  • Barlet

    mon cher Hubert de Tarta, je vous trouve tout à fait gentil et mignon,

    je voudrais juste vous rappeler que cela fait tout de même un moment, que toute personne nait de l’union d’un homme et d’une femme; et je ne parle pas que de la préhistoire et du moyen-âge; vous aussi, et même les jeunes complètement ouverts et bienveillants qui sont nés aujourd’hui !!

    … et mince l’homme n’a pas réussi a évolué sur ce point ! y aurait-il des constantes à la nature humaine ?

    Donc on arrête de mentir à tout le monde, et surtout aux enfants; on dit la vérité : pour qu’il y ait un enfant, il faut qu’il y ait un papa et une maman !!
    C’est déjà assez perturbant pour un enfant d’avoir été adopté, pour ne pas en rajouter !

    • Hubert de Tartas

      Heureux de vous avoir, Barlet, comme contradicteur.
      Je ne suis pas naïf au point de penser que vos compliments en propos liminaires soient si positifs, mais ils ont le mérite d’exister.
      Dès votre deuxième paragraphe, je suis obligé de vous corriger sur l’emploi du terme « union », qui à mon avis extrapole. Soyons factuels : parlons plutôt – au risque d’en choquer certains – de copulation. En effet, si l’ « union » de prime abord semble d’un emploi inoffensif, il y a bien sûr risque de confusion entre un acte (sexuel a priori) et une construction sociale. Le mariage fait partie de ces constructions humaines, qui n’ont rien de naturel.
      Comme je l’ai indiqué par ailleurs, les enfants naissent pour beaucoup en-dehors d’une « union » conforme au mariage. Que faîtes-vous des enfants qui n’ont pas été désirés ? Le cas est courant, savez-vous (femmes violées, femmes faibles sous la coupe d’un homme sans égard, couples je m’en-foutistes…)?
      Donc, s’il vous plaît, décorrélez le produit biologique de la construction humaine.
      De même, vous faîtes d’un schéma qui vous convient bien (1 papa + 1 maman + 1 ou des enfants) une constante doublée d’une nécessité naturelle. Rien de plus faux ! On ne compte pas les sociétés humaines qui ont été ou sont basées sur des fonctionnements tout à fait différents. Ne parlons même pas de la nature, car là, vous avez à peu près tout qui existe, sauf votre joli modèle. Notez que je ne le réprouve pas, ni n’encourage à la polygamie ou à la polyandrie (car je sens que ce sera la prochaine étape de l’argumentaire).
      Je me contente de soutenir une ouverture de droits à des personnes qui en sont injustement privées alors même que leur comportement est conforme à la Loi.
      Enfin, vous présupposez que les parents homosexuels vont mentir à leurs enfants. Pourquoi cela ? Personne n’est dupe, les enfants savent très tôt (de plus en plus tôt, même) comment ils sont fabriqués. Il est évident que les enfants verront leurs deux papas ou leurs deux mamans leur expliquer d’où ils viennent, sans doute bien mieux que dans beaucoup de familles hétérosexuelles. Croyez-vous que la vérité soit l’apanage des couples homme-femme ? Pléthore d’enfants sont nés sans être désirés, à d’autres on a caché l’identité du géniteur. Parfois ils l’apprennent à l’âge adulte et là, bonjour les dégâts ! Ce sera, par nécessité, tout le contraire au sein d’une famille homosexuelle et cela permettra à ces enfants, dont vous ne pouvez nier ni l’existence ni le droit de vivre normalement, d’assumer pleinement. Quant aux autres, peut-être pourront-ils comprendre et accepter la différence ?
      Alors, vous voyez, il n’est nulle question de mentir, bien au contraire. Ma cousine a été adoptée, elle l’a appris assez tôt et est reconnaissante à ses parents (hétéros) de l’avoir sauvée.
      Merci de m’avoir lu.