Résolution sur l’IVG : l’avortement ne peut pas être un droit fondamental

Par
Dans Actualités

Cet après-midi, je voterai contre la proposition de résolution, déposée par le groupe socialiste, visant à réaffirmer le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse. Retrouvez ma prise de position sur BFMTV.

« Il ne peut pas pas y avoir de reconnaissance d’un droit fondamental à l’IVG. C’est un mauvais signal donné sur cette réalité si douloureuse qu’est l’avortement et une manière supplémentaire d’étouffer encore un débat qui mériterait d’être posé dans des termes beaucoup plus mesurés. Ce texte n’est pas une avancée : la résolution consiste à introduire une reconnaissance définitive et institutionnelle d’un droit dit fondamental : il ne peut pas y avoir de droit fondamental de cette nature. Le groupe UMP, par la voix de son Président, a choisi de voter cette résolution : ce n’est pas mon choix et en ce qui me concerne je voterai contre. »

Retrouvez également l’article de la Vie « L’avortement est-il un droit fondamental ? » dans lequel je rappelle que  : Les débats de janvier ont permis de reconnaître, élus de gauche compris, qu’il s’agissait d’un acte grave. Or personne n’en tire les conséquences ! Vouloir en faire un droit comme les autres conduirait à le banaliser. Et à nier les souffrances qu’il engendre, que subissent une majorité de femmes qui y ont recours, faute d’alternative. »

Articles recommandés