PLFSS : ce gouvernement acte son rejet des familles et de la liberté

Par
Dans Actualités

Les discussions sur le PLFSS ont commencé aujourd’hui à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement veut casser le pouvoir d’achat des familles en réduisant les allocations familiales. Les 700 millions d’euros d’économies qu’il compte réaliser auraient pu être trouvés en faisant des réformes de structures. Mais il est toujours plus facile de prendre dans les poches des familles !

Le gouvernement souhaite faire des économies en réduisant le congé parental. Mais il crée en conséquence 250 000 modes de garde pour les familles. Et qui va payer cela ? Les collectivités locales ? Les caisses d’allocations familiales ?

En réalité, ce gouvernement veut s’introduire dans l’intimité des familles, régir leur quotidien, amoindrir leur liberté.

Comme je le disais hier lors de l’une des manifestations des « Familles plumées », l’opposition mène un combat contre un gouvernement qui n’aime pas la famille.

Il n’aime pas la famille car c’est le lieu qui échappe à l’autorité de l’Etat, le lieu qui résiste à la théorie du genre que l’on veut imposer dans les écoles, le lieu où on apprend l’éducation à la sexualité, le lieu où l’on choisit l’organisation de sa vie quotidienne. Le gouvernement n’aime pas la famille car il n’aime pas la liberté. C’est pourquoi je combattrai ce PLFSS.

Je rappelle que les Français considèrent (sondage IFOP du 22 novembre 2014 pour le collectif Les Familles plumées) que « la politique fiscale menée par le gouvernement pénalise fortement les familles » (81 %) ; ils ne croient pas que 2 parents puissent prendre un congé parental (74%) ; ils expriment un « ras-le-bol » fiscal (83%) et, enfin, s’attendent à l’abaissement des seuils de revenus pour les allocations familiales (77%).

Articles recommandés