Refondation de l’école : mes amendements à votre disposition

Par
Dans Actualités

Alors que s’est ouverte à l’Assemblée nationale la semaine de débat sur le projet de loi de  refondation de l’école, je tiens à partager avec vous les amendements que j’ai déposés contre ce projet.

Rappeler que « la mission première de l’école est la transmission ordonnée du savoir en vue de former l’intelligence et de préparer les élèves à l’usage de leur  liberté. »

 Il s’agit par cet amendement de préserver l’école de toute instrumentalisation politique (formation « citoyenne », « lutte contre les stéréotypes », « morale laïque »). Cette « refondation » doit être l’occasion de revenir à la vocation d’origine de l’école : instruire, former des intelligences et préparer à la vie adulte.

Refuser l’introduction d’un enseignement moral et civique (article 28)

Cet enseignement « moral » comporte le risque majeur d’empiéter sur le droit des parents à éduquer leurs enfants selon leurs propres convictions et d’imposer aux élèves une vision uniforme et contestable de la société. Les propos récents tenus par M. Vincent Peillon à propos de la « morale laïque » qui consisterait à « arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel »  ou encore les programmes de « lutte contre les stéréotypes » proposés par Mme Vallaud-Belkacem confirment clairement cette crainte et justifie la suppression de cet article.

Refuser la mise en place des « conditions à l’égalité de genre » en primaire (article 31)

La notion d’égalité des genres ne renvoie pas à la simple égalité homme/femme, mais à un principe idéologique, celui de la théorie du genre. Comme cela a déjà été signalé lors du débat concernant les programmes et les manuels de biologie, la théorie du genre est, précisément, une théorie philosophique et anthropologique. En tant que telle, elle n’a aucunement sa place parmi les missions de l’école de la République, sauf à vouloir faire des élèves les cobayes d’expérimentations sociétales et anthropologiques.

Rappeler que le service public de l’éducation doit se fixer comme priorité l’apprentissage des fondamentaux.

Conjointement à la lutte contre l’illettrisme et à la formation des enseignants aux méthodes d’apprentissage efficaces, il est indispensable de permettre aux enfants, et ce dès le plus jeune âge, de maîtriser les fondamentaux. La lecture, l’écriture, la compréhension et le calcul sont définis comme les fondamentaux de la connaissance dont l’apprentissage. Leur maîtrise favorise l’épanouissement de l’élève à l’école, lui assure une autonomie dans ses apprentissages futurs et renforce la réussite scolaire de tous les élèves.

Je vous invite à prendre connaissance de tous mes amendements en cliquant ici : Amendements école et à les diffuser largement autour de vous. Pour comprendre à quoi ces amendements font référence, il vous faudra probablement vous munir du projet de loi, disponible en intégralité en cliquant ici.

C’est reparti pour une semaine de lutte, pour la préservation d’un autre aspect de notre modèle social : l’école. Soyez derrière nous, votre soutien sera précieux !

Articles recommandés