Bulletin des élus locaux – Mes réponses sur la réforme des allocations familiales

Par
Dans Actualités

Baisse du montant des allocations familiales – Retrouvez mes réponses dans le Bulletin des élus locaux du mois de mai 2013.

1-      Le gouvernement estime que les classes moyennes ne seraient pas touchées par l’application des mesures du rapport sur les allocations familiales. Est-ce votre avis ?

 Il semble que la question soit mal posée en raison du fait que les allocations familiales ne sont pas attribuées pour compenser les salaires ; elles sont indépendantes de la situation des familles et sont versées pour contribuer aux charges d’éducation des enfants.

 les allocations familiales sont le point financier de rencontre qui mobilise toutes les classes de la population en matière de démographie et d’éducation : elles sont la clé de la solidarité entre les familles et entre les générations .

Si le gouvernement estime que les classes moyennes ne seront pas impactées c’est qu’il établit une confusion forte entre politique sociale et politique familiale. Ma réponse est donc oui bien évidement toutes les catégories de la société seront touchées ; ce qui constitue un recul considérable pour le pouvoir d’achat des familles et une atteinte lourde à l’esprit même de la politique familiale.

2-      Si elles devaient être appliquées, les mesures de ce rapport affaibliraient-elles notre politique de natalité qui est la plus forte d’Europe ?

 Le nombre d’enfants par famille n’est pas nécessairement en rapport avec le montant perçu des allocations familiales. Toutefois celles-ci constituent une manifestation claire de la solidarité nationale  et de l’intérêt que tous portent aux générations futures . Il s’agit d’une participation universelle pour soutenir les familles dans toutes les étapes qui préparent l’avenir des enfants et donc l’avenir du pays. Au-delà du symbole d’espoir qu’elles représentent, les allocations familiales constituent   une incitation et un encouragement mais plus encore elles ont un rôle d’assurances , de garanties de pouvoir faire face aux exigences de la préparation des nouvelles générations. Il y a donc une certitude que les mesures envisagées dans ce rapport affaibliraient sensiblement la natalité dans notre pays.

 3-      La volonté de réduire le montant du quotient familial couplé à la réduction des avantages sur les emplois à domicile risquent-elles de décourager les mères de famille qui veulent travailler ?

Cela fait partie des conséquences possibles. En effet l’alourdissement de la fiscalité associé à la diminution des aides  sur les emplois à domicile ne constitue pas un signal favorable.  Il serait souhaitable de revoir la question du temps partiel choisi afin d’apporter une réponse à toutes les mères qui veulent travailler et élever leurs enfants

Articles recommandés